mardi 31 mai 2016

L'Art de lire et l'Art de bloguer



Voilà près d’un an que je n’ai rien publié sur ce blog ni donné signe de vie. La raison en est que j’ai passé mon année à préparer un diplôme qui nécessite normalement 2 ans de préparation. Autant vous dire que le rythme était intense et que pendant un an ma vie sociale a disparu, je n’ai pu lire que deux ou trois livres et je n’ai pas honoré certains de mes engagements. A ce propos, je tiens à présenter mes sincères excuses à :

  • Tous les participants au challenge tout risque que j’ai lâchement abandonnés sans aucune explication.

  • Ingannmic avec qui j’avais programmé une lecture commune sur Don Quichotte de Cervantès, lecture commune que je n’ai pas honorée ( j’ai bien lu l’œuvre mais n’ai pas écrit de billet). Je n’ai même pas répondu à son dernier mail. Ingannmic, si tu passes par ici, je te demande pardon à genoux.
  • Tous ceux qui ont laissé des commentaires sur ce blog ou m’ont envoyé des mails et auxquels je n’ai pas répondu.

Aujourd’hui, je reviens, maintenant que j’en ai presque terminé avec mes examens et que j’ai pu reprendre mon activité préférée : la lecture.
Mais la question se pose concernant la reprise de ce blog. Je me souviens qu’avant même de commencer ma formation, mes billets se faisaient de plus en plus rares et je me posais déjà la question de continuer ou non à bloguer.
En effet, mon approche personnelle de la lecture s’est modifiée et donc l’intérêt que je peux avoir à  bloguer également. J’ai envie d’en discuter avec vous et d’avoir votre avis sur ces questions. Pour cela, je vous propose un petit texte extrait de Un Art de vivre d’André Maurois concernant l’art de lire. 


« … La lecture est active. Lit pour son plaisir l'amateur de romans qui cherche dans les livres, soit des impressions de beauté, soit un réveil et une exaltation de ses propres sentiments, soit des aventures que lui refuse la vie. Lit pour son plaisir celui qui aime à retrouver dans les moralistes et les poètes, plus parfaitement exprimées, les observations qu'il a faites lui-même, ou les sensations qu'il a éprouvées. Lit pour son plaisir enfin celui qui, sans étudier telle période définie de l'histoire, se plaît à constater l'identité, au cours des siècles, des tourments humains. Mais la lecture a ses règles. Indiquons-en quelques unes.
La première c'est qu'il vaut mieux connaître parfaitement quelques écrivains et quelques sujets que superficiellement un grand nombre d'auteurs. Les beautés d'une œuvre apparaissent toujours mal à la première lecture. Il faut, dans la jeunesse, aller parmi les livres comme on va dans le monde, pour y chercher des amis, mais ces amis trouvés, choisis, adoptés, il faut, avec eux, faire retraite. Être le familier de Montaigne, de Saint-Simon, de Retz, de Balzac ou de Proust, suffit pour enrichir une vie.
La seconde est de faire, dans ses lectures, une grande place au grand texte. Bien sûr, il est nécessaire, autant que naturel de s'intéresser aux écrivains de son temps; c'est parmi eux que nous avons chance de pouvoir trouver des amis ayant les mêmes soucis et les mêmes besoins que nous. Mais ne nous laissons pas submerger par le flot de petits livres. Le nombre des chefs-d’œuvre est déjà tel que nous ne les connaîtrons jamais tous. Faisons confiance au choix des siècles. Un homme se trompe ; une génération se trompe ; l'humanité ne se trompe pas. Homère, Tacite, Shakespeare, Molière, sont certainement dignes de leur gloire. Nous leur donneront quelques préférences sur ce qui n'a pas subit l'épreuve du temps.
La troisième, c'est de bien choisir sa nourriture. A chaque esprit conviennent des aliments qui lui sont propre. Apprenons à reconnaître ceux qui sont NOS auteurs. Ils seront fort différents de ceux de nos amis. En littérature, comme en amour on est surpris par le choix des autres. Soyons fidèle à ce qui nous convient. Nous sommes en cela les meilleurs juges.
La quatrième, c'est de mettre autour de nos lectures, toutes les fois que cela est possible, l'atmosphère de recueillement et de respect qui entoure un beau concert, une noble cérémonie. Ce n'est pas lire que de parcourir une page, de s'interrompre pour répondre au téléphone, de reprendre le livre alors que l'esprit est ailleurs, de l'abandonner jusqu'au lendemain. Le vrai lecteur se ménage de longues soirées solitaires ; il réserve, pour tel écrivain très aimé, l'après-midi d'un dimanche d'hiver ; il est reconnaissant au voyage en chemin de fer de lui donner l'occasion de relire tout d'un trait un roman de Balzac, de Stendhal, ou les Mémoires d'Outre-Tombe. Il trouve un plaisir aussi vif à retrouver telle phrase, tel passage qu'il aime (dans Proust, les aubépines ou la petite madeleine, dans Tolstoï, les fiançailles de Levine), que l'amateur de musique a guetté, dans le Petrouchka de Strawinsky, le thème du magicien.
Enfin la cinquième règle, c'est de se rendre digne des grands livres, car il en est de la lecture comme des auberges espagnoles, et de l'amour : on y trouve ce qu'on y apporte. La peinture des sentiments n'intéresse que ceux qui les ont éprouvés, ou ceux qui, jeunes encore, en attendent l'éclosion avec espoir et angoisse. Rien de plus émouvant que de voir une jeune personne qui, l'an dernier, ne supportait que les récits d'aventures, se prendre tout à coup d'un goût vif pour Anna Karénine, ou Dominique, parce qu'elle sait désormais ce que sont le bonheur et la douleur d'aimer. Les grands hommes d'action sont bons lecteurs de Kipling, les grands hommes d'état, de Tacite ou de Retz.
L'art de lire, c'est pour une grande part, l'art de retrouver la vie dans les livres et de la mieux comprendre grâce aux livres. »


Ce texte m’a beaucoup fait réfléchir sur mon rapport à la lecture, pourquoi je lis, comment je lis etc… On pourrait commencer par rebondir sur la question de l’existence de règles concernant la lecture et opposer à celles d’André Maurois les droits du lecteur de Daniel Pennac, mais ce n’est pas ce qui m’intéresse ici. Ce qui m’intéresse c’est surtout le contenu de ces règles.
Selon Maurois et sa règle n°1, on devrait se focaliser sur une poignée d’auteurs exclusivement plutôt que papillonner. Cette règle m’interpelle car j’ai lu la même idée dans Les Lettres à Lucilius de Sénèque (lettre II):


« La lecture d’une foule d’auteurs et d’ouvrages de tout genre pourrait tenir du caprice et de l’inconstance. Fais un choix d’écrivains pour t’y arrêter et te nourrir de leur génie, si tu veux y puiser des souvenirs qui te soient fidèles. C’est n’être nulle part que d’être partout. Ceux dont la vie se passe à voyager finissent par avoir des milliers d’hôtes et pas un ami. Même chose arrive nécessairement à qui néglige de lier commerce avec un auteur favori pour jeter en courant un coup d’œil rapide sur tous à la fois. La nourriture ne profite pas, ne s’assimile pas au corps, si elle est rejetée aussitôt que prise. Rien n’entrave une guérison comme de changer sans cesse de remèdes ; on n’arrive point à cicatriser une plaie où les appareils ne sont qu’essayés. On ne fortifie pas un arbuste par de fréquentes transplantations. Il n’est chose si utile qui puisse l’être en passant. La multitude des livres dissipe l’esprit. Ainsi, ne pouvant lire tous ceux que tu aurais, c’est assez d’avoir ceux que tu peux lire. « Mais j’aime à feuilleter tantôt l’un, tantôt l’autre. » C’est le fait d’un estomac affadi, de ne goûter qu’un peu de tout : ces aliments divers et qui se combattent l’encrassent ; ils ne nourrissent point. Lis donc habituellement les livres les plus estimés ; et si parfois tu en prends d’autres, comme distraction, par fantaisie, reviens vite aux premiers. Fais chaque jour provision de quelque arme contre la pauvreté, contre la mort, contre tous les autres fléaux ; et de plusieurs pages parcourues, choisis une pensée pour la bien digérer ce jour-là. »


Pourtant on m’a toujours dit : «  Mieux vaut savoir un peu sur beaucoup de choses que beaucoup sur pas grand-chose. » Du coup, j’avoue avoir eu une forte tendance au papillonnage littéraire, notamment à l’époque où j’ai commencé ce blog et découvert la blogosphère. Mais finalement, ça s’est essoufflé et j’ai maintenant envie de me concentrer aussi sur quelques auteurs, de lire toute leur œuvre et de m’en imprégner. 

Mais se posent alors les questions suivantes : Quels auteurs choisir ? Est-ce que je ne risque pas de rater des auteurs et des lectures très enrichissantes si je fais de mauvais choix ?
Je me souviens d’avoir eu une discussion similaire avec Auriane. La vie est courte, la production littéraire immense. On ne peut pas tout lire ( malheureusement !) et il faut donc faire des choix. Mais encore faut-il faire les bons et avoir assez papillonné et découvert pour se faire une idée de ce qui nous correspond le mieux. Voilà qui rejoint la 3ème règle de Maurois. 

Concernant la 2ème règle, elle a été largement débattue déjà ici ou là. Je reconnais être plutôt d’accord avec Maurois. Et c’est une des raisons qui font que je ne me sens plus à ma place sur la blogosphère. Je ne lis quasiment plus de contemporains et encore moins de nouveautés ( j’ai même abandonné les partenariats) et je ne trouve plus de blogs qui correspondent à mes goûts : les classiques. Vous me direz quel est l’intérêt de bloguer sur des œuvres qui ont déjà fait l’objet de tant d’études et de la part de personnes bien plus qualifiées que nous ? Certes, mais voilà, c’est ce que je cherche, discuter des grandes œuvres. Connaître les avis sur les récentes parutions ne m’intéresse plus. J’ai peut-être tort de laisser complètement de côté les nouveautés mais j’ai fait ce choix en me disant que les « Anciens » ont déjà répondu aux questions que je me pose et que leurs réponses ont été assez pertinentes pour nous parvenir à travers les siècles alors autant leur faire confiance.

Parce que oui, je ne lis pas simplement par plaisir ni pour me divertir. Une bonne histoire bien racontée ne me suffit plus ( même si de temps en temps je ne dis pas non mais je suis alors hyper exigeante). Je lis pour comprendre le monde qui m’entoure, comprendre la nature humaine, pour ma culture personnelle, pour le goût de la réflexion et parce que j’aime me faire des nœuds au cerveau (tendance maso) et que j’aime apprendre.

C’est pour ses raisons que, concernant la règle 4, je ne peux pas lire n’importe où. J’ai besoin de calme, de pouvoir me concentrer sur ma lecture sur une longue durée. Je suis incapable de lire dans les transports ( ou alors il me faut un trajet de minimum une heure sans correspondance). J’ai besoin de pouvoir m’installer confortablement et d’avoir tout sous la main : stylo, papier pour noter, de quoi boire et manger etc… ça me rappelle d’ailleurs l’incipit de Si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino. C’est exactement ça.


« Si par une nuit d'hiver un voyageur …Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur. Détends-toi. Concentre-toi. Écarte de toi toute autre pensée. Laisse le monde qui t'entoure s'estomper dans le vague. La porte, il vaut mieux la fermer; de l'autre côté, la télévision est toujours allumée. Dis-le tout de suite aux autres : « Non, je ne veux pas regarder la télévision ! » Parle plus fort s'ils ne t'entendent pas : « Je lis ! Je ne veux pas être dérangé. » Avec tout ce chahut, ils ne t'ont peut-être pas entendu : dis-le plus fort, crie : « Je commence le nouveau roman d'Italo Calvino ! » Ou, si tu préfères, ne dis rien ; espérons qu'ils te laisseront en paix. Prends la position la plus confortable : assis, étendu, pelotonné, couché. Couché sur le dos, sur un côté, sur le ventre. Dans un fauteuil, un sofa, un fauteuil à bascule, une chaise longue, un pouf. Ou dans un hamac, Si tu en as un. Sur ton lit naturellement, ou dedans. Tu peux aussi te mettre la tête en bas, en position de yoga. En tenant le livre à l'envers, évidemment. Il n'est pas facile de trouver la position idéale pour lire, c'est vrai. Autrefois, on lisait debout devant un lutrin. Se tenir debout, c'était l'habitude. C'est ainsi qu'on se reposait quand on était fatigué d'aller à cheval. Personne n'a jamais eu l'idée de lire à cheval ; et pourtant, lire bien droit sur ses étriers, le livre posé sur la crinière du cheval ou même fixé à ses oreilles par un harnachement spécial, l'idée te paraît plaisante. On devrait être très bien pour lire, les pieds dans les étriers ; avoir les pieds levés est la première condition pour jouir d'une lecture. »


Donc voilà, pas de lecture dans les transports, pas de lecture aux cabinets ni dans les salles d’attente pour moi.

J’espère que tout ce qui précède ne sera pas interprété comme étant du snobisme littéraire. Je tenais juste à vous exposer ma conception de la lecture et, peut-être, ainsi vous comprenez mieux mon éloignement de la blogosphère.
Toutefois, je me pose encore la question de la fermeture définitive de ce blog. L’envie de conserver une trace de mes lectures ne se discute pas mais pourquoi le faire via le blog ? Pour l’échange. Mais quand d’échanges il n’y a point, à quoi bon ? Ce blog est très peu fréquenté et les personnes ayant des goûts et des lectures similaires assez rares. Et c’est sans compter le temps passé ( perdu ?) à écrire des articles, la pression que je me mets toute seule pour écrire des articles assez construits et qui m’invite surtout à procrastiner …

Je tiens à remercier chaleureusement tous mes lecteurs et ceux à qui je dois mes plus belles découvertes depuis l’ouverture de ce blog. Je pense à Jérôme et Marie notamment mais il y en a d’autres. Je remercie aussi les éditeurs qui m’ont accordé leur confiance.

N’hésitez surtout à me dire ce que vous pensez de tout ça, vous pouvez aussi reprendre le texte de Maurois, en faire un tag, que sais-je … Et si par hasard vous vous trouvez dans des dispositions identiques aux miennes, manifestez-vous ! Je vous accueillerais à bras grands ouverts !




14 commentaires:

  1. bonjour
    contente de te retrouver emilie
    je mesure le fossé abyssale qui me sépare des ces 5 règles je mesure ma pauvreté ,j'aime lire à ma façon avec l'aide parfois de personnes qui elles naviguent dans des eaux larges de celles qui en peux de mots décryptent, expliquent un passage ... je t'envie de pratiquer les livres et je vois que je ne pourrais tenir avec toi un échange fructueux je ne vois pas de snobisme litteraire dans ces explications loin de là je mesure le fossé énorme qui nous séparent mais je ne laisse pas tomber j'essaie de progresser si tu y es pour quelque chose ma joie sera totale il te faudra lire des messages de cette sorte pauvres en vocabulaire et en je ne sais quoi encore ;-) voilà !! quel beau voyage est le tien dans des textes qui laissent rêveur la petite que je suis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Elo !
      Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me fait plaisir aussi de te retrouver !
      Tu sais, je ne pense pas qu'il y ait un fossé entre nous. Je n'ai jamais fait d'études de lettres, je n'y connais rien en littérature, je ne connais pas les grands courants littéraires, je ne connais pas non plus les outils d'analyse d'un texte. J'essaie seulement de comprendre par mes propres moyens et je cherche justement à apprendre.
      Tu parles de pauvreté mais je ne suis pas d'accord du tout ! Tu as des connaissances que je n'ai pas, tu as lu des textes dont j'ignore tout et tout comme toi je veux progresser et combler mes lacunes. Et si on peut s'entraider par nos lectures, alors c'est super !

      Supprimer
  2. Non ne supprime pas ton blog, je veux égoïstement avoir ce billet là, avec les texte de Maurois (magnifique)
    Oui, les nouveautés prennent le temps que l'on aurait pu accorder à des 'classiques' mais plus de blogueurs que tu ne crois n'hésitent pas à leur faire une (trop) petite place quand même.
    Tu sais quoi? j'ai ce Sénèque sur mes étagères... A l'ombre des jeunes filles en fleur en poche est prévu pour la valise des vacances, etc.Les livres de valeur font de la résistance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille mercis pour ton commentaire Keisha !
      C'est vrai que certains blogueurs lisent encore des classiques mais je suis une grosse gourmande ! Si je continue ce blog, il va perdre en diversité et donc en intérêt pour bon nombre de visiteurs. Mais tant pis ! Je vais voir et réfléchir à tout ça.
      Je te conseille vraiment Sénèque ! Cette lecture fait un bien fou au moral et aide beaucoup à relativiser. En plus ça se lit très facilement. N'hésite pas à me prévenir quand tu le liras !
      A l'ombre des jeunes filles en fleur est magnifique, je l'ai même préféré à Du côté de chez Swann, il faudrait que je me mettre au tome 3.
      Je te souhaite de bonnes lectures !

      Supprimer
  3. Je reconnais ce blog. Je suis passé ici il y a plusieurs mois pour déverser des banalités mais je ne sais plus sous quel pseudo donc bref bonsoir, content de te lire à nouveau. (= Je ne sais pas quoi penser de toutes ces règles, ces habitudes de lecture qu'on essaie d'adopter pour devenir meilleur. Dés lors qu'on prend conscience que la vie ne sera jamais assez longue, on espère maitriser le temps, se transformer et au final, on culpabilise de n'être jamais assez sérieux dans ce qu'on fait. Personnellement, j'ai renoncé à planifier quoi que ce soit, à hiérarchiser les auteurs, à observer un cérémonial, à faire confiance à priori. Je laisse cette ambition aux gens compétents. De toutes façons, la vie n'est faite que de routes qu'on abandonne, de belles rencontres qu'on laisse crever par négligence, d'envie de perfection inassouvie. Je préfère tout m'autoriser, promener pendant des heures dans les rayons de la médiathèque, flirter avec tout et n'importe quoi avant de me décider. Et souvent, le hasard fait bien les choses, une lecture intéressante en entraine une autre. J'ai lu tout Racine en un mois suite à trois lignes dans un livre de Romilly. Grâce à Salinger, j'ai découvert Thoreau, Emerson, j'me suis intéressé à la liberté, la condition féminine... et chaque auteur m'a aidé à mieux comprendre mes lectures précédentes. Je trouve que c'est pas si mal pour un être sans ambition.

    Des gens qui aiment lire des classiques et qui se sentent seuls sur le web, j’arrête pas d'en croiser donc ne désespère pas de pouvoir échanger. Si t'organises des lectures communes, ça me déplairait pas d'y participer même si j'ai clairement pas le bagage intellectuel pour échanger intelligemment sur mes lectures.

    Bon courage pour la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Thomas et merci pour ton commentaire.
      Ton point de vue est très intéressant et je procédais un peu comme toi jusqu'à maintenant. Je me laissais tenter au gré des découvertes en librairie ou par les influences d'auteurs que j'aime déjà. Tiens, c'est grâce à une émission de France Culture sur Les Carnets du sous-sol de Dostoïevski que j'ai lu ensuite Pouchkine et Byron. Donc les tentations et les découvertes possibles viennent de partout. Mais de ce fait, je me sens comme submergée, comme si plusieurs personnes m'appelaient en même temps. Je n'arrive pas à gérer toutes ces "sollicitations". Et ajouté à cela, je suis aussi victime d'une insatiable soif de conquête littéraire donc toutes ces tentations n'en deviennent que plus fortes.
      C'est pourquoi je ressens ce besoin de canaliser tout ça, d'accepter le fait que je ne pourrai jamais conquérir le monde littéraire en son entier et que je devrai me contenter de quelques territoires mais j'ai peur de me tromper dans mon choix. Je ne veux plus perdre de temps avec des livres qui ne m'apportent finalement pas grand chose et que j'oublie presque aussitôt lus. Ce qui est souvent le cas avec les contemporains. Alors qu'avec les classiques je trouve plus facilement mon bonheur.
      Comment fais-tu donc pour croiser ces gens qui aiment les classiques ? Je n'ai trouvé que peu de blogs ( mais de très grande qualité).
      Tu parles de bagage intellectuel, si ça peut te rassurer, je n'en ai pas non plus. Je n'ai pas fait d'études littéraires, je ne sais vraiment pas grand chose. Tiens, cette année, j'ai fait une formation où j'avais quelques cours de français, je ne savais même plus ce qu'était une litote, une anaphore et tous ces charmants petits mots techniques.
      Pour les lectures communes, si tu es partant, je le suis aussi. Si tu as des titres en tête, n'hésite pas à proposer.
      A bientôt !

      Supprimer
  4. Contente de te revoir! Je continuais à passer sur ton blog une fois par semaine environ pour voir si tu étais de retour. J'ai toujours beaucoup aimé ton contenu. Je comprends ton impression sur la blogosphère, mais nous sommes encore quelques uns à parler de classiques! :). En espérant te revoir très vite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta fidélité AnGee !
      C'est vrai qu'il y a encore quelques irréductibles qui lisent des classiques de temps à autre ( heureusement !) mais comme je le disais je suis une grosse gourmande et je m'attendais à plus. Et j'ai changé d'objectif, je ne cherche plus à lire les nouveautés, ni à découvrir de nouveaux auteurs contemporains ( je m'en suis rendue compte avec le challenge tous risques, j'avais l'impression de perdre mon temps ...).
      Je réfléchis encore à quelle orientation donner à ce blog partant de ce constat.

      Supprimer
  5. Ton texte est très intéressant à lire. Je pense que de nombreux se reconnaîtront au moins dans un point: à force de se jeter sur les nouveautés, on frôle l'indigestion. Je ne reviens pas vraiment aux classiques, Proust excepté, mais j'attends désormais avant de me jeter sur un livre. Et parfois l'envie passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Valérie !
      J'ai remarqué ce phénomène aussi. N'ayant pas les moyens d'acheter les nouveautés je me disais que j'allais attendre la sortie poche. Et une fois le poche sorti je n'avais plus envie de le lire !

      Supprimer
  6. Bonjour Aaliz,
    Je suis contente de te lire à nouveau. Je comprends complètement ton point de vue même si en pratique, je fais exactement l'inverse : mes lectures sont ultra-diversifiées et je lis n'importe où, souvent n'importe comment... mais pas toujours. ;)
    Pourtant, malgré cela, je ne pense pas lire pour me divertir. Je cherche autre chose, des réponses que je trouve souvent chez les auteurs classiques effectivement mais pas exclusivement. Les auteurs contemporains m'apportent aussi leur lot d'espoir et leur vision de notre monde contemporain. Ils me sont pour cette raison aussi nécessaires que les "anciens".
    Concernant la poignée d'auteurs, quand on a trouvé ceux qui nous conviennent, en effet cela a du sens d'approfondir ces écrits de manière peut-être exclusive. Je n'ai malheureusement pas cette chance. Je crois aussi que cette "poignée" peut (et doit ?) évoluer au cours d'une vie au même titre que nos questionnements.
    Même lorsque je ne lis pas des nouveautés (et surtout lorsque je ne lis pas des nouveautés) j'aime partager mes impressions sur le blog, pour l'échange évidemment avec d'autres blogueurs, mais aussi et surtout pour moi, pour "m'obliger" à formaliser mes impressions, et parfois à les approfondir. Et puis je crois que l'on n'épuise pas les auteurs classiques, ni ce qu'il y a à dire sur eux, l'essentiel étant encore de le comprendre pour soi. L'écriture et le blog pour moi sont des outils d'aide à la compréhension permettant de formaliser la pensée. L'échange vient ensuite, ou ne vient pas. C'est un bonus. Je ne m’astreindrais pas à écrire sur ce que je lis s’il n’y avait pas le blog, je prendrais peut-être des notes rapides mais je n’aurais jamais l’occasion d’y revenir. Grâce au blog, j’écris mon billet, je le relis et le rectifie éventuellement avant publication (parfois plusieurs semaines plus tard) ce qui me permet parfois de constater une évolution entre le moment de la lecture du livre et celui de la relecture de mon billet, et j’ai parfois le loisir d’y revenir encore avec les commentaires qui s’étalent parfois dans le temps, ou à l’occasion d’une autre lecture sur le même sujet ou du même auteur. Parfois mes billets restent très superficiels ou trainent dans le temps, mais je crois que ce n’est pas si grave, ils reflètent simplement un désintérêt momentané qui peut évoluer par la suite. Je ne me mets pas la pression pour écrire un billet, il faut que ça reste un plaisir.
    J’espère avoir aidé un peu à alimenter ta réflexion.
    Au plaisir de te lire à nouveau, y compris et surtout sur les auteurs qui ont quelque chose à te dire. ;)

    RépondreSupprimer
  7. Coucou Aaliz !
    Eh oui, je passe de temps en temps, voir si ces lieux reprennent vie... quelle joie d'y constater la trace de ta récente venue.
    Pas de souci pour la LC, ne va pas te démolir la rotule, je te pardonne sans ça (et sans toi, je n'aurais sans doute jamais lu Don Quichotte, donc au final, ce sont plutôt des remerciements que je te dois..)

    J'espère que nous aurons l'occasion bientôt de lire tes avis ..

    Je me retrouve beaucoup dans ce qu'écrit Moglug à propos du blog et de la lecture... bien que je lise parfois aussi pour me divertir (et dans ce cas, je m'oriente davantage vers les polars voire la SF), la lecture est pour moi plus un besoin qu'une passion (et je lis en effet partout, et ce depuis toujours).. et c'est l'occasion d'appréhender d'autres visions du monde. C'est vrai que j'ai parfois un peu le sentiment que d'écrire des billets sur mes lectures crée une sorte d'obligation, et surtout me fait les aborder différemment, mais c'est plutôt positif en ce qui me concerne, cela me rend plus vigilante, plus analytique vis-à-vis de ce que je lis, et je relève des choses, je me lance parfois dans des réflexions que j'aurais peut-être occultées sans la finalité de la critique à rédiger. Mais si je n'y prenais pas de plaisir, je m'arrêterais sans scrupule !

    A bientôt, j'espère !!

    RépondreSupprimer
  8. Félicitations pour ton diplôme !
    Personnellement, j'aimerais que tu continues à bloguer, même si c'est pour publier un billet tous les 3 ou 4 mois parce que tu n'éprouves pas l'envie d'en faire plus. C'est chez toi que j'ai découvert certains classiques qui se trouvent dans ma LAL. Les classiques autres qu'anglais sont un genre que je connais mal, et pour cela ton avis sur ce genre de romans m'intéresse.

    Je comprends toutefois ton ressenti, quand tu dis ne plus te retrouver dans la blogosphère. J'ai parfois cette impression aussi car ce qui "fonctionne" en ce moment, ce sont tous les romans pour jeunes adultes (fantastiques ou non). Certains blogs ne sont même consacrés qu'à ce seul genre. Alors oui, chacun a le droit de trouver un style littéraire qui lui plaît et tant que les gens lisent, c'est tant mieux. Mais ce genre de "nouveautés" me paraissent toutes les mêmes : triangle amoureux ou amour malheureux parce que brimé par un pouvoir (imaginaire) en place qui refuse l'amour entre différentes castes de la population... La romance, je l'aime chez Flaubert, Balzac ou Zola, mais pas dans ce genre d'histoires.

    J'espère encore te croiser par ici !

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour, je voulais vous présenter mon 3ème roman félin « TROPIQUE DU CHAT » (ISBN: 979-10-348-1430-5 / Christine LACROIX), une invitation au voyage sans bouger de chez vous, qui vient de sortir chez Evidence éditions. Il est disponible en broché et en ebook en librairie, chez la boutique évidence ou sur les sites en ligne : https://www.cultura.com/tropique-du-chat-tea-9791034814299.html C’est un voyage exotique sur l’île papillon. Vous y découvrirez les paysages, la faune et la flore de la Guadeloupe avec pour guide Toussaint Louverture, un chat créole. Un road movie antillais qui vous emporte loin de chez vous. En voici le résumé : Toussaint Louverture est un général de cavalerie né en 1743 à Saint-Domingue. En 1791 il posa la première pierre d'une nation noire indépendante en Haïti. Toussaint Louverture c’est aussi le héros de «Tropique du chat». Un «Cat-ribéen» qui raconte son île d’azur et de jade à travers ses yeux de félin. Blanchette est une petite chatte métropolitaine qui vit sa deuxième vie en gris, et rêve de lapis-lazuli et d’émeraudes. Sept mille kilomètres d’océan les séparent. Mais le destin se moque des distances… Un extrait est à lire sur mon blog félin : http://chat-pitre.over-blog.com Colonne en bas à droite, dans « MES ECRITS ». Portez-vous bien. AMICHAT. CHRISTINE LACROIX

    RépondreSupprimer